Retour à la liste

La brasserie de Santerre, 1789.

9 Rue de Reuilly Paris

Un nommé Santerre gérait avant la Révolution (depuis 1772) au 9 rue de Reuilly, une brasserie à l'enseigne "L'Hortensia", connue dans tout le quartier pour sa bière rouge. Le 14 juillet 1789, Santerre ne participa à la prise de la Bastille qu'en prêtant ses chevaux pour charrier la paille destinée à incendier le pont-levis. C'est cependant chez lui qu'on apporta ensuite les chaînes de prisonniers et les clés des tours. Il fut élu commandant de la Garde du district, puis commandant-général de la Garde nationale de Paris, à la place de Mandat, qui fut jeté dans la Seine… Ces actes de bravoure et ces titres de gloire lui valurent l'honneur de conduire le roi des Tuileries au Temple (v. 1er arr, aux tuileries), puis du Temple à l'échafaud (v. 8è arr, pl de la Concorde). Le 9 juin 1793, croyant la victoire facile contre les Chouans, Santerre, bombardé "général", se rendit à Saumur à la tête d'une armée qui fut pourtant mise en déroute par celle de La Rochejacquelin. Huit mille Bleus étaient faits prisonniers. Santerre lui-même dût se sauver. Le 18 septembre 1793, à la tête de 15.000 hommes, il essuya une nouvelle défaite à Coron (Maine-et-Loire) et préféra rentrer à Paris début octobre. Renvoyé dans l'ouest par le gouvernement, il y fut arrêté pour être ramené à Paris et enfermé au couvent des Carmes. Il échappa ensuite à tout souci et mourut de sa belle mort le 6 février 1809, au 14 rue des Petites-Ecuries (v. 10è arr, rue des Petites-Ecuries).

(photo X, DR)