Retour à la liste

Mme Roland dans la Révolution, 1793.

27 Boulevard Saint-Michel Paris

Pris en pleine tourmente, en janvier 1793, Mme Roland et son mari ont demeuré un moment rue de la Harpe (Bd Saint-Michel), face à l'église Saint-Côme, située à l'angle des rues de la Harpe et de l'École de Médecine. Manon Roland s'est jetée dans la Révolution, a poussé son mari plus réticent qu'elle même, l'a amené à créer un club de Jacobins à Lyon en 1790. En 1792, Jean-Marie Roland fait ainsi partie du ministère Dumouriez, grâce aux interventions de sa femme. Il est ministre de l'Intérieur. Mais rapidement, Mme Roland a critiqué la Révolution et déclaré avoir honte de tous ces crimes. Convoquée en septembre 1792 à la barre de la Convention, elle s'est justifiée avec éclat. Arrêtée cependant le 31 mai 1793, elle sera guillotinée le 8 novembre. Caché à Rouen, Roland, apprenant la condamnation et la mort de sa femme, partira à pied se suicider de deux coups de poignard dans le parc du château de Cocquetot, à Radepont (Eure), le 10 novembre 1793. Le Conventionnel Legendre, à Rouen, ordonnera qu'on l'enterre au même endroit.

(dessin Hopwood 1795-1855, DR)