Retour à la liste

Palais-Royal, juillet 1789.

6 Rue de Montpensier Paris-1ER-Arrondissement

Le Palais-Royal appartient en 1789 au duc Philippe d'Orléans car en 1692, Louis XIV l'a donné à son frère. Mais Philippe d'Orléans, grand maître de l'obédience du Grand Orient de France depuis 1771, qui se fera appeler Philippe-Égalité à partir du 15 septembre 1792, est animé d'une haine jalouse et farouche à l'égard de la branche aînée et régnante des Bourbons. Avec Choderlos de Laclos, il va s'employer par vengeance à favoriser le déclenchement de la Révolution (v. 12è, Fg Saint-Antoine). Mais il n'échappera pas pour autant à la guillotine et montera sur l'échafaud le 6 novembre 1793, quelques jours après la confiscation de son palais par la Nation.

Pour favoriser la Révolution, en 1789, Philippe d'Orléans accueille les prêcheurs révolutionnaires dans son palais et son jardin. Le dimanche 12 juillet 1789, après le renvoi de Necker et le serment du jeu de Paume, c'est l'émeute dans le jardin du Palais-Royal. Le 13 juillet, Camille Desmoulins (photo) (v. 6è arr, rue Crébillon) y harangue la foule et lance son appel à l'insurrection, monté sur une table du café de Foy, au 57 de la galerie Montpensier. Il crie "Aux armes !" et propose la cocarde verte comme signe de ralliement. La foule, substituant aussitôt la cocarde verte faite de feuilles, à la cocarde blanche, va promener durant deux jours les images de ses idoles, le duc d'Orléans et Necker, avant d'être dispersée. Revenant en force avec piques et fusils, elle institue alors la garde nationale et adopte définitivement pour couleurs le rouge et le bleu, couleurs de Paris, puis y adjoint le blanc, couleur du roi et de l'armée. Le bonnet rouge ne deviendra signe de ralliement qu'en mars 1792.

(dessin X, DR)