Retour à la liste

Pensionnaires de la Bastille...

59 km

1 Place de la Bastille Paris-4E-Arrondissement

Le régime des "embastillés" n'est pas nécessairement dur. Il est très variable, Il va des cachots noirs, humides et inondables des sous-sols jusqu'aux appartements du cardinal de Rohan, détenu pour l'affaire du collier de la reine et qui donne dit-on une réception chaque soir (v. 4è arr, rue Vieille-du-Temple). Le régime de la détention peut donc être extrêmement doux. On y fait des festins pantagruéliques. Mme de Staël expliquera d'ailleurs que ses années à la Bastille ont été parmi les plus heureuses de sa vie.

De 1659 à 1789, 5.279 détenus auraient séjourné à la Bastille.

Le défaut le plus sensible est la malpropreté et la mauvaise cuisine qui non seulement arrive toujours froide mais surtout n'est pas préparée avec soin. Bernard Palissy, l'inventeur de la technique de l'émail, y meurt à 81 ans, de misère et des mauvais traitements de Bussi-Leclerc, directeur de la prison en 1590. Parce qu'il est huguenot. Un seul prisonnier y sera exécuté, décapité ; le maréchal Charles de Gontaut-Biron, le 31 juillet 1602, pour intelligences avec l'Espagne et la Savoie. "Quand un prisonnier décède à la Bastille, on l'enterre à Saint-Paul, pendant la nuit à trois heures du matin. Au lieu de prêtres, des guichetiers portent le cercueil, et les membres de l'état-major assistent à la sépulture", écrit Mercier en 1790.

Dans les années 1525, l'ex-surintendant des Finances de Louis XII, Jacques de Beaune de Semblançay, gardé près de lui par François 1er mais détesté par la reine mère Louise de Savoie, duchesse d'Angoulême, à laquelle il refuse des fonds pour ses menues dépenses, est emprisonné en l'absence du roi, parti guerroyer en Italie. Le roi étant resté détenu après la défaite de Pavie, la reine mère fait juger Semblançay qui est condamné à être pendu au gibet de Montfaucon le 12 août 1527.

En 1559, Henri II y fait enfermer le conseiller au Parlement Anne de Bourg qui lui a déplu en lui tenant tête dans sa lutte contre les huguenots et a refusé de renier son protestantisme (v.1er arr, palais de justice).

Le 17 juin 1602, Henri IV y fait enfermer le maréchal duc de Gontaut-Biron, arrêté le 13 juin dans le Poitou sous l'accusation d'avoir comploté contre le roi. Le maréchal, s'estimant insuffisamment récompensé, aurait comploté avec le duc de Savoie, contre le roi, afin de le renverser et de régner sur la Bourgogne et la Franche-Comté. Jugé le 27 juillet au palais de justice, condamné à mort, il est décapité dans la cour de la Bastille et non en public, ce qui est une faveur du roi en souvenir de leur ancienne amitié…

Après l'assassinat de Concini, éminence grise de la régente Marie de Médicis, le 24 avril 1617 (v. 1er arr, palais du Louvre), sa veuve Léonora Galigaï, est enfermée à la Bastille. On décide de la juger bien qu'elle n'ait rien fait. La voici accusée de lèse-majesté. Le 12 mai, elle est transférée à la Conciergerie et condamnée à mort, notamment pour s'être fait soigner par des médecins juifs. Dix-neuf conseillers au Parlement sur quatre-vingt six ont accepté de siéger. Transportée place de Grève dans une charrette, elle est décapitée et brûlée sur un bûcher.

En 1641, l'abbé Paul-François de Gondi, futur cardinal de Retz, a mis sur pied, avec les détenus de la Bastille, victimes de Richelieu, un projet de révolte destiné à prendre la forteresse de l'intérieur avant de prendre Paris. Mais le signal de la révolte ne sera jamais donné.

Le comte Roger de Bussy-Rabutin est enfermé à la Bastille le 15 avril 1665 pour avoir écrit "L'histoire amoureuse des Gaules", qui décrit les intrigues amoureuses du roi et de la cour. Il emploie des noms d'emprunt, mais chacun se reconnaît et le comte finit exilé sur ses terres.

En 1679, Louis XIV, violant les lois internationales, fait enlever Hercule-Antoine Matthioli, secrétaire d'Etat du duché de Mantoue, en Italie du Nord, et l'enferme à la Bastille pour s'être opposé à sa politique dans cette région stratégique. Le prisonnier reste au cachot jusqu'à sa mort, en novembre 1703 et même au-delà puisqu'il est enterré dans le cimetière de la forteresse.

En 1711, un détenu rendu furieux par 15 ans de détention à la Bastille a tué le porte-clefs Saint-Jean qui lui apportait son repas. Transféré dès lors dans un cachot et enchaîné, il mourut après 34 ans de détention.

Le Masque de Fer, mystérieux prisonnier, y meurt en 1703, sous le nom de Marchioli et ne sera jamais identifié. Il se peut que ce prisonnier soit né de l'imagination de Voltaire, dans "Le siècle de Louis XIV". Henri Robert affirme qu'il est sorti de toutes pièces du cerveau de Voltaire.

En 1749, commence donc l'interminable détention sans jugement de Latude. Jacques-Henri Masers de Latude (1725-1805), enfermé de nombreuses fois à la Bastille, évadé plusieurs fois mais toujours repris. Il écrira l'"Histoire d'une détention de 39 ans dans les prisons d'Etat, écrite parle prisonnier lui-même". En 1749, il a 24 ans. Son culot et son ambition vont le conduire en prison. Arrivé de Gascogne, Latude voulait réussir et pour cela, il fallait être favorisé. Le plus sûr moyen étant de plaire à la marquise de Pompadour, Latude décida de faire croire à la marquise qu'il l'avait sauvée d'un grave danger. Il lui envoya une poudre inoffensive et se précipita pour lui faire savoir qu'il avait surpris la conversation de deux scélérats dans le jardin des Tuileries. Il était question de l'empoisonner ! La marquise remercia le jeune homme et lui demanda son nom et son adresse. Mais à l'arrivée de la poudre inoffensive, il apparut rapidement que l'écriture du jeune homme et de "l'empoisonneur" était la même… Le 1er mai 1749, Latude était arrêté et embastillé dans une chambre de la tour du Coin, sous le nom de Danry. Latude pensa n'être là que pour quelques jours, tant sa bêtise était vénielle, mais il fut transféré au donjon de Vincennes. Il s'évada tout simplement en courant le 25 juin 1750, jour de brouillard. Mais au lieu de se tenir tranquille, il éprouva le besoin d'écrire à la Pompadour pour justifier son acte et demander sa clémence pour une faute légère qu'il estimait avoir payée. Puisqu'il avait laissé son adresse sur la lettre, on vint aussitôt l'y chercher et il fut promptement réintégré à la Bastille. Ayant écrit de plus un pamphlet de quelques lignes sur la Pompadour, il passa dix-huit mois dans un cachot avant d'être réinstallé dans une tour avec un nommé Allègre. Tous deux passèrent alors plusieurs mois à préparer une évasion, à desceller les barreaux de leur cheminée, à transformer tout leur linge, brin par brin, en une échelle de corde qu'ils cachaient sous les dalles du sol. La nuit du 25 février 1756, ils montèrent enfin sur le toit de la tour par la cheminée, hissèrent leur matériel, descendirent jusqu'aux douves par l'échelle de corde, passèrent des heures dans l'eau à percer un trou sous le chemin de ronde du fossé de la porte Saint-Antoine, et furent libres. Ils restèrent un mois cachés à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés puis partirent pour la Belgique. Mais l'incorrigible Latude écrivit encore à la Pompadour. Ils furent dès lors suivis à la trace jusqu'à Amsterdam. Allègre devait être arrêté le premier et Latude le fut ensuite pour n'avoir pas accepté la proposition d'un ami de s'embarquer pour le Surinam. Remis au cachot, il subit un régime sévère jusqu'à sa libération le 5 juin 1777. Mais n'obéissant pas à l'ordre de résider à Montagnac, il fut à nouveau emprisonné le 15 juillet 1777. Il subit alors durant des années les épouvantables cachots noirs de la prison de Bicêtre. Il était resté 33 ans en prison. Le 11 septembre 1793 enfin, les héritiers de la Pompadour furent condamnés à lui verser 60.000 livres d'indemnisation, mais il n'en reçut jamais que 10.000…

En 1763, arrive à la Bastille le gouverneur des Indes, Thomas-Arthur de Lally-Tollendal, qui va être décapité en 1766 (v. pl de l'H^^otel-de-Ville) pour ses défaites face aux Anglais à Pondichéry.

En 1784, c'est le marquis de Sade qui entre là pour ses écrits scandaleux. Transféré du donjon de Vincennes où il a déjà passé quelques années, il va rester à la Bastille jusqu'au début juillet 1789.