Retour à la liste

Terrible Conciergerie.

3 Quai de l'Horloge Paris

En février 1548, la peste se répandant à la Conciergerie, on transfère les détenus à l'Hôtel-Dieu qui est à l'époque installé de part et d'autre du bras sud de la Seine, à l'emplacement de la statue de Charlemagne et du quai de Montebello. Le Parlement est contraint de siéger au couvent des Augustins, sur la rive gauche. Cinq ans plus tôt, le 15 juillet 1543, le Parlement avait décidé d'installer dans les prisons des lits pour les malades. Mais le régime de la Conciergerie était des plus sévères.

Le 26 juin 1574, à la veille de l'exécution de Montgomery, la reine Catherine de Médicis lui aurait proposé à la Conciergerie de se convertir et de partir combattre pour le roi en Guyenne, afin d'avoir la vie sauve, mais il aurait refusé.

Le 16 novembre 1664, Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV, bâtisseur du château de Vaux-le-Vicomte, est condamné au bannissement à perpétuité et à la confiscation de ses biens, une fortune considérable acquise grâce à sa situation. Parmi les 11 juges, 4 ont voté "la mort". Le roi, sur le conseil de Colbert, va commuer la peine en détention perpétuelle à la forteresse de Pignerol, ce qui est en fait une sanction plus dure que la précédente puisqu'elle impose l'enfermement, contrairement au bannissement.

La Tour Bon-Bec, troisième tour, plus à l'ouest, est appelée ainsi par un "jeu de mots féroce", en souvenir des malheureux que l'on entendait hurler lorsqu'ils y étaient soumis à la question. Victor Hugo fait cette description en indiquant que la chambre de la question, à la Conciergerie, occupait le rez-de-chaussée de la tour crénelée, la plus petite des trois tours. "Au milieu, il y avait une chose sinistre et singulière. C'était une sorte de longue et étroite table en pierre de liais, rejointoyée avec du plomb coulé dans les fentes, très épaisse, et portée sur trois piliers de pierre. Cette table était haute d'environ deux pieds et demi, longue de huit et large de vingt pouces. En levant les yeux, je vis un gros crochet de fer rouillé scellé dans la clef de la voûte, qui est une pierre ronde. Cette chose était le lit de la question. On posait dessus un matelas de cuir sur lequel on étendait le patient. Ravaillac a passé six semaines couché sur cette table, les pieds et les mains liés, bouché à la ceinture par une courroie à laquelle se rattachait une longue chaîne qui pendait de la voûte. Le dernier anneau de cette chaîne était passé dans le crochet (...) Six gardes gentilshommes et six gardes de la prévôté le veillaient nuit et jour. Damiens a été gardé, comme Ravaillac, dans cette chambre, et garrotté sur le lit pendant tout le temps que dura l'instruction et le jugement de son procès. Desrues, Cartouche et la Voisin ont été questionnés sur cette table. La marquise de Brinvilliers y fut étendue toute nue, attachée et pour ainsi dire écartelée par quarte chaînes au quatre membres, et subit là cette affreuse question extraordinaire par l'eau qui lui fit dire :*-Comment allez-vous faire pour mettre ce gros tonneau d'eau dans ce petit corps ?* (...) Etrange horreur que cette chambre ! Etrange horreur que cette tour posée au beau milieu du quai, sans fossé et sans muraille qui la sépare des passants ! Au-dedans, les scies, les brodequins, les chevalets, les roues, les tenailles, le marteau qui enfonce les coins, le grincement de la chair touchée par le fer rouge, le pétillement du sang sur la braise, les interrogations froides des juges, les rugissements désespérés du torturé ; au-dehors, à quatre pas, les bourgeois qui vont et viennent, les femmes qui jasent, les enfants qui jouent, les marchands qui vendent, les voitures qui roulent, les bateaux sur la rivière, le tumulte de la ville, l'air, le ciel, le soleil, la liberté ! Chose sinistre à penser, cette tour sans fenêtre a toujours paru silencieuse au passant ; elle ne faisait pas plus de bruit alors qu'à présent. Quelle est donc l'épaisseur de ces murailles pour que de la tour on n'entendît pas le bruit de la rue et que le la rue, on n'entendît pas le bruit de la tour !"  [Victor Hugo, Choses vues].

Le 30 septembre 1843, la Gazette des Tribunaux publie ces précisions dans une "histoire de la torture": Les Grecs et les Romains ne connaissaient qu'un seul genre de question. Chez nous, au contraire, et dans tous les Etats de l'Europe, il y avait la question ordinaire et la question extraordinaire, la question préparatoire et la question préalable. Par la question ordinaire, on entendait la plus simple des questions. Par la question extraordinaire, la plus cruelle de toutes. La question pouvait être ordinaire ou extraordinaire selon la volonté du juge. La question préparatoire était donnée au prévenu pour le forcer à confesser son crime. La question préalable était infligée au condamné pour lui faire dénoncer ses complices. Selon un jurisconsulte du XVIème siècle, les voleurs de profession, pour se familiariser avec les tourments, se servaient  "des instruments de la question au milieu des forêts et autres lieux écartés". Ils faisaient un apprentissage de la torture et souffraient volontairement mille douleurs afin de pouvoir un jour supporter celles de la question judiciaire et être déclarés innocents. La Bruyère disait que c'était "une invention merveilleuse et tout à fait sûre pour perdre un innocent qui a la complexion faible et sauver un coupable qui est né robuste". La torture ne pouvait être appliquée qu’à ceux qui encouraient la peine de mort et contre lesquels il y avait déjà des preuves. Pas plus d’une heure ou une heure et quart. Si le patient mourait, le juge qui aurait agi avec haine risquait lui-même la mort. Cependant, les juges pouvaient augmenter ou diminuer les douleurs selon que l’accusé parlait ou restait muet. Les témoins pouvaient être torturés pour se souvenir de leur déposition. Après la torture, le juge devait immédiatement interroger. Chaque parlement avait ses méthodes. L’huile, le vinaigre, la poix chaude dans le gosier, des œufs cuits dans la braise appliqués sous les aisselles, etc… la soif par ingestion de sel. En Bretagne, par exemple, on approchait l’intéressé du feu, sur une chaise métallique, jambes nues. A Rouen, on serrait les doigts ou les jambes dans un étau. On versait parfois de l’huile bouillante sur les pieds. Certains y ont perdu les jambes, si brûlées qu’on les a amputées… parfois, on asseyait l’intéressé entre deux bourreaux qui l’empêchaient de dormir pendant plus de quarante heures en le réveillant par des coups. Louis XVI a supprimé la question préparatoire le 14 août 1780. Le 1er mai 1788 il a supprimé la question préalable, ce qu’a confirmé l’assemblée le 9 octobre 1789.

(dessin X, DR)