Retour à la liste

Les cachots du Châtelet.

Place du Châtelet Paris Paris

Le Grand Châtelet a rassemblé toutes les juridictions parisiennes depuis Louis XIV qui, d'ailleurs, l'a fait lui aussi reconstruire tant il était vétuste. On y trouve aussi la morgue qui est à l'époque, en l'absence de photographies, un lieu public et particulièrement important. Les cadavres y sont lavés, salés et exposés durant trois jours avant d'être confiés aux sœurs qui doivent les enterrer. Et puis il y a la prison, à laquelle l'expression "paille humide des cachots" s'applique particulièrement bien, surtout pour les cachots du sous-sol. Il y a notamment un cachot appelé "la Chambre  d'Hypocras", dans lequel les prisonniers ont constamment les pieds dans l'eau et ne peuvent se tenir ni debout ni couchés. Un autre est plein d'ordures. On ne peut descendre dans ces lieux que par une corde et une poulie. Louis XVI en ordonnera la disparition en 1780 .
Le principe, depuis toujours, est que chaque prisonnier ou sa famille paie sa détention. Ceux qui ne le peuvent pas sont relégués dans les plus sordides cachots où ils vivent un "cauchemar terrifiant". Nombre d'entre eux y meurent de misère et de maladie. C'est au point que, même en 1776, un magistrat osera adresser un mémoire au roi Louis XVI, évoquant des "cachots abominables".

Lieu immonde et vestige de l'Ancien Régime, le Châtelet sera démoli en 1802 par le Consulat. On y a passé les suspects à la "question préparatoire" pour leur faire avouer leur crime. Le procureur du Châtelet avait expliqué en 1491 que les tortures étaient "conduites en accord avec les recommandations d'un chirurgien, qu'elles sont exécutées par des personnes d'une très grande compétence (l'une d'elles a même 40 ans de pratique) et que c'est là un moyen de lutte indispensable contre les infractions et les crimes de plus en plus nombreux sur la place de Paris".

Les premiers détenus auraient été des prisonniers faits par Philippe-Auguste à Bouvines (1214). Jacques Hillairet a énuméré une longue liste de noms au fil des siècles : Parmi eux, François Villon en 1458, Clément Marot en 1526, Molière en 1645, Cartouche en 1721, avant d'être exécuté sur la Place de Grève, à cent mètres de là. En 1792, plus de 200 prisonniers du Grand Châtelet seront tués lors des massacres de septembre.

En 1616, un baron de Beauvau, emprisonné au Châtelet pour le crime de fabrication de fausse monnaie, est délivré par le chef des gardes du jeune Louis XIII, nommé Vitry, qui se présente à la tête d'une troupe et rosse les archers. Le parlement ordonnera leur arrestation le 14 juin, mais le roi approuvera Vitry et l'affaire sera classée.

En janvier 1665, on enferme au Châtelet des pillards qui profitaient de l'inondation de Paris. A l'époque, l'intérieur du Châtelet est décrit comme "un dédale de corridors sinueux et d'escaliers à vis menant à des salles voûtées, où la lumière ne parvient que par de hautes fenêtres". Le Châtelet abrite une douzaine de prisons qui portent les noms de Beauvoir, La Motte, Beaumont, La Griesche, Barbarie ou Gloriette, depuis le Moyen-âge. Il y a aussi les cachots souterrains de La Fosse, Le Puits, La Gourdaine, envahis par les eaux à chaque crue… On y paie sa détention en fonction du "confort" de sa geôle, mais on peut aussi se procurer des meubles et de la nourriture, car le geôlier en chef tient table d'hôtes.

(dessin X, DR)