Retour à la liste

Cour des Miracles rue Saint-Sauveur.

Rue Saint-Sauveur Paris Paris

On pouvait entrer dans la Cour des Miracles par la rue Saint-Sauveur. C'était un très grand cul-de-sac puant, boueux, non pavé, dans l'un des quartiers les plus mal bâtis de Paris. Et des plus sales (v. rue Réaumur). Après s'être égaré dans des ruelles puantes on devait descendre une longue pente de terre pour arriver dans ce bidonville où l'on risquait d'être battu. Personne n'y payait de taxes, chacun était hors la loi. La police n'y pénétrait pas. On y vivait au jour le jour, mangeant le soir ce qu'on avait pu voler ou trouver le jour. On ne gardait rien pour le lendemain, on n'avait ni foi ni loi, "on n'y connaissait ni baptême, ni mariage, ni sacrements". Louis XIV allait avoir bien du mal à en venir à bout.

Mais il y avait aussi d'autres cours des miracles. La cour du roi François, 328 rue Saint-Denis, la cour Sainte-Catherine, 313 rue Saint-Denis, la cour Brisset, rue de la Mortellerie (de l'Hôtel-de-Ville), à proximité de l'église Saint-Gervais, la cour Gentien, rue des Coquilles (1er tronçon de la rue des Archives), la cour Jussienne, 23 rue Jussienne (rue du Coq-Héron), les cours et passage du marché Saint-Honoré, entre les rues Saint-Niçaise et de l'Echelle, la cour des Miracles de la rue du Bac, au numéro 63, la cour des miracles du 81 rue de Reuilly, le passage et la cour des Miracles du 26 rue des Tournelles, ainsi que celles du Faubourg Saint-Marcel et de la butte Saint-Roch.

(dessin Petit Journal)