Retour à la liste

Tourments dans la cour du Palais.

4 Boulevard du Palais Paris-1ER-Arrondissement

Le 17 mai 1640, deux laquais condamnés à mort pour meurtre et assassinat par le Prévôt de Paris, sont pendus dans la Cour du Palais. Il a fallu se replier là car leur confrérie a envahi la place de Grève pour les sauver et a jeté à la Seine l'échelle et la potence.

C'est aussi dans cette cour que Jeanne de La Motte, complice de Retaux, voleur du fameux "collier de la reine" (v. 4è arr, rue Vieille-du-Temple), est marquée au fer rouge le 21 juin 1786, dans un brouhaha indescriptible tant elle se débat et tant la foule est importante (v. 13è arr, bd de l'Hôpital).

 Mais le bourreau n'a pas seulement pour habitude de procéder au marquage au fer rouge dans la Cour du Mai. Il y coupe parfois les mains.

Il s'agit d'une vieille tradition. En 1586 déjà, Me Le Breton, avocat à Poitiers, venu trouver le roi pour se plaindre d'avoir perdu un procès à Potiers, a fini ses jours ici. Le roi n'a pas voulu écouter ses plaintes, pas plus que le duc de Guise ni le duc de Mayenne ni le roi de Navarre. Alors, il a écrit un livre pour exposer les raisons de son mécontentement et ajouter toutes les causes de son ressentiment envers le roi. Ce qui lui a valu d'être pendu dans la cour du Palais, puis brûlé avec son livre, alors que l'imprimeur Jean Ducarroy et l'ouvrier typographe Gilles Marin étaient battus au pied de la potence et bannis de France pour neuf ans.

(photo CPA, DR)