Retour à la liste

Miracle rue des Billettes, 1290

13 Rue des Archives Paris

Entre la rue de la Verrerie et la rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, la rue des Archives emprunte le tracé de l'ancienne rue des Billettes. L'historien Amédée Gabourd raconte qu'en 1290, "une pauvre femme avait emprunté 30 sols à un juif et lui avait donné en gage sa meilleure robe. La fête de Pâques s'approchant, la femme vint trouver le juif et le pria de lui rendre son habit pour ce seul jour qui, cette année, était le second d'avril. Le juif lui dit :*Si tu m'apportes ce pain que tu recevras à l'église et que vous autres chrétiens vous appelez votre Dieu, je te rendrai ta robe pour toujours et sans argent*. La femme en convint et ayant reçu la communion à Saint-Merri, sa paroisse, elle garda la sainte hostie et la porta au juif. Il la mit sur un coffre et la perça à coups de canif ; mais il fut bien étonné d'en voir sortir du sang. Il y enfonça un clou à coups de marteau et elle saigna encore. Il la jeta dans le feu, d'où elle sortit entière, voltigeant par la chambre ; enfin il la jeta dans une chaudière d'eau bouillante, qui parut teinte de sang et, l'hostie s'élevant au-dessus, la femme du juif, qu'il avait appelée, vit à la place Jésus-Christ en croix. La maison où ceci se passait était dans la rue nommée alors des Jardins, et plus tard des Billettes (…). Simon de Bussi, évêque de Paris, fit arrêter le juif et toute sa famille. Le coupable, interrogé, confessa tout, et l'évêque l'ayant exhorté à se repentir et à renoncer au judaïsme, il demeura obstiné. C'est pourquoi il fut livré au prévôt de Paris qui le condamna au feu et le fit exécuter. La femme et les enfants du juif se convertirent et reçurent le Baptême et la Confirmation de la main de l'évêque. L'hostie miraculeuse fut gardée à Saint-Jean-en-Grève, où on la montrait encore au 18ème siècle, et le peuple nomma la maison du juif la maison des miracles".

(dessin Schongauer 1451-1491)