Retour à la liste

La forteresse de la Bastille

1 Place de la Bastille Paris-4E-Arrondissement

La Bastille était une haute forteresse à huit tours crénelées dont chacune portait un nom : la Bertaudière, la Brétignière, la cour de la Comté, du Puits, du Trésor, du Coin, de la Chapelle et de la Liberté. La première pierre de l'édifice avait été posée le 22 avril 1367 par le prévôt Hugues Aubriot. Il s'agissait à l'époque d'une porte de Paris, destinée à défendre la capitale. Plus exactement d'un agrandissement de l'enceinte de Philippe-Auguste destiné à intégrer dans Paris les quartiers qui s'étaient construits à l'extérieur. Alors qu'à l'est, l'enceinte de Philippe-Auguste était rue des Jardins-Saint-Paul, l'enceinte nouvelle d'Etienne Marcel, de Charles V et Charles VI, à la fin du XIVème, suivait exactement la limite actuelle du 4ème arrondissement, longeant la Seine vers l'est, jusqu'au port de l'Arsenal et suivant le port de l'Arsenal jusqu'à la Bastille où l'on construisait comme porte de Paris, la forteresse dont les murs avaient deux mètres d'épaisseur. Tous les chômeurs et les traînards avaient été enrôlés de force pour participer à la construction. La forteresse de la Porte Saint-Antoine avait aussi pour objet de protéger le roi, qui résidait souvent à Vincennes et avait été échaudé par une insurrection de la population de Paris en 1358. Elle allait devenir par la suite une prison pour les criminels d'Etat. La prison de la Bastille s'élevait du côté ouest de la place actuelle et son emplacement est actuellement dessiné sur le sol. Les deux tours nord étaient implantées à l'emplacement actuel d'un établissement de la Banque de France. La tour nord-est serait aujourd'hui à la fois sur le trottoir et sur la chaussée, la tour nord-ouest serait dans l'immeuble de la Banque de France. Au sud, la tour sud-est serait au milieu de la chaussée de la place, dans l'axe du Bd Henri IV, alors que la tour sud-ouest, serait sur le trottoir du Bd Henri IV, à proximité de l'angle de la place. Une plaque apposée sur l'immeuble du 5 rue Saint-Antoine et du 5 place de la Bastille rappelle l'existence de la prison dans laquelle nombre de célébrités ont séjourné. "Là gémit ou ne gémit plus le célèbre Linguet. Quel est son délit ? On l'ignore".

En avril 1413, durant la guerre des Armagnacs et des Bourguignons, Pierre des Essarts, prévôt de Paris depuis 1408, rallié aux Armagnacs, se rendit maître de la Bastille. Mais il fut pris par les Bourguignons et leurs alliés les Cabochiens (v. 1er arr, Forum des Halles) et accusé de trahison et concussion. On lui reprocha aussi d'avoir arrêté et fait décapiter Jean de Montaigu en 1409. Condamné à mort le 1er juillet 1413, il allait être traîné derrière une charrette jusqu'à la rue Saint-Denis et conduit aux Halles où une foule énorme commença à l'insulter. Il ne répond rien et monta sur l'échafaud pour être décapité.

 

En 1468, Louis XI, revenant de Péronne où il avait rencontré Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, pour négocier la fin d'une révolte féodale, fit enfermer les deux conseillers qui lui avaient suggéré le voyage et qui étaient des agents doubles : le secrétaire d'Etat et cardinal Jean La Balue, qui resta enfermé jusqu'en 1480 au château d'Ozain (Loir-et-Cher), et Haraucourt, qui resta enfermé durant 14 ans à la Bastille.

Le 19 décembre 1475, Louis de Luxembourg, beau-frère du roi Louis XI, accusé de trahison, était extrait de la Bastille et décapité place de Grève.

Le 4 août 1477, c'était au tour de Jacques d'Armagnac, duc de Nemours, d'être extrait de la Bastille pour être conduit aux Halles, cette fois, afin d'y être décapité pour avoir comploté à maintes reprises contre le roi Louis XI qui lui avait déjà pardonné plusieurs fois. Armagnac fut décapité devant ses trois enfants qui n'avaient pas dix ans. Ceux-ci furent ensuite mis au cachot dont on ne les libéra qu'après la mort du roi en 1483. Mais l'aîné était mort de la peste dans son cachot du château de Perpignan.