Retour à la liste

Le bûcher des Templiers, mars 1314

2.6 km

Paris Paris Île-de-France

A l'emplacement de la statue d'Henri IV, l'Ile de la Cité est au Moyen Âge formée de plusieurs îlots, dont l'Ile-aux-Juifs située à l'extrémité occidentale. Sur cette Ile-aux-Juifs, on exécute, on pend, on dresse des bûchers, et la foule peut voir le spectacle des deux rives de la Seine. Le 12 mars 1314, on y exécute Jacques de Molay, Grand maître, depuis 1298, de l'Ordre des Templiers, ainsi que son second, le maître de Normandie.

Tolérés d'abord, les Templiers ont été accusés de luxure, de blasphème, et arrêtés en 1307 (v.. 3è arr, rue du Temple). Tous les dignitaires du Temple ont été conduits à Paris et interrogés en novembre 1309. En mai 1310, 146 Templiers ont été jugés devant le concile de Sens. Une cinquantaine d'entre eux a été rapidement mise à mort, notamment pour avoir défendu l’ordre après en avoir avoué les fautes. Jacques de Molay, n'a avoué les crimes de son ordre que sous la torture, sur le parvis de Notre-Dame, avant de se rétracter. Mais, avec Geoffroy de Charnay, il est brûlé vif  sur ordre de Philippe IV le Bel (1268-1285-1314), maudissant sur le bûcher les rois de France pour plusieurs générations. Tous deux crient leur innocence devant une foule saisie de stupeur et de pitié qui les considère comme des victimes du roi. On les accuse de "forfaits imaginaires", selon Louis-Sébastien Mercier. "Jacques Molay, grand-maître des Templiers, condamné au supplice du feu, monta sur le bûcher avec l'air inspiré d'un homme qui n'est plus de ce monde mais qui voit et vit dans l'avenir (…). La constance avec laquelle cet homme supporta la mort, sa prière à mains jointes, la demande qu'il fit de lui tourner la face vers la Vierge Marie, de laquelle est né Jésus-Christ, c'est-à-dire vers l'église Notre-Dame, et ce formidable appel durent certainement, eu égard au siècle où ces événements se passaient, exciter un long frémissement de terreur dans l'âme des spectateurs. Quoi qu'il en soit, quarante jours après le supplice des Templiers, Clément V passa de cette vie à l'autre. Pour Philippe le Bel, en proie aux excitations de l'orgueil et de l'avarice, troublé de remords, poursuivi par les fantômes de ses victimes, détesté de son peuple et oppresseur de l'Eglise, il ne tarda pas, quoiqu'il fût encore dans la vigueur de l'âge, à se voir miné par un mal sourd, lent et dont la cause était ignorée…" Il mourut le 29 novembre de cette année 1314. 

(dessin X, DR)