Retour à la liste

Au palais de justice

4 Boulevard du Palais Paris-1ER-Arrondissement

Le palais des rois a toujours occupé la pointe occidentale de l'île de la Cité. En 358, l'empereur Julien y a installé sa résidence en Gaule. C'est ici, dans le palais royal mérovingien, qu'auraient été tués en 526 les enfants de Clodomir (495-524), roi d'Orléans et fils de Clovis: Clovis est mort en novembre 511, son fils Clodomir en 524. Les frères de Clodomir, Childebert et Clotaire, voyant leur mère Clotilde en adoration devant ses petits-enfants, s'inquiètent aussitôt d'avoir un jour à partager avec eux le royaume de Clovis. Ils font alors croire à Clotilde qu'ils vont donner leur part aux trois enfants de Clodomir et les convoquent au palais. Mais les enfants sont enlevés et les deux oncles signifient à Clotilde qu'il faut choisir entre la mort des enfants ou leur vie, mais avec les cheveux tondus, signe de disparition de toute puissance, signe d'abandon de tout destin royal. Clotilde préfère les voir morts plutôt que tondus. Alors, Clotaire va tuer l'aîné, Théobald, 10 ans, d'un coup de couteau. Childebert hésite et réclame la vie sauve pour Gonthaire, 7 ans. Mais Clotaire, menaçant Childebert de mort, va tuer le deuxième aussi. On tue ensuite les domestiques. Le troisième enfant, Clodoald (ou Cloud), soustrait in extremis aux tueurs, se cache pendant quelques années puis finit par se couper lui-même les cheveux en signe de renoncement. Il devient moine alors, dans un village des bords de Seine qui s'appelait Nogent et qui, en hommage à Clodoald ou Cloud, prendra ensuite le nom de Saint-Cloud. Clodoald-Cloud y mourra en 560. Pendant ce temps-là, Childebert, quelque peu menacé par son frère, s'est prudemment retiré hors des murs de Paris, au palais des thermes de Cluny, lieu de séjour ordinaire de la famille mérovingienne. Clotilde fera enterrer les enfants dans l'église Saint-Pierre-Saint-Paul, où reposent déjà Clovis et Sainte-Geneviève, à l'emplacement de la rue Clovis (5ème arr). Elle y sera enterrée elle-même. Pour certains historiens, ce crime a pu se dérouler au palais des Thermes plutôt qu'au palais de la Cité, mais les sources sont rares.

En 1302, Philippe le Bel (1268-1285-1314) ayant fait réaménager le palais, y installe le parlement de Paris dans de somptueux locaux.

Le vol, en 1377, des registres du Parlement de Paris, et leur revente à des papetiers, conduira Etienne Le Gay, dit Courtequeu, à la potence.

Toutes ces institutions et les boutiques qu'elles avaient attirées dans le palais, feront de ce lieu le cœur de Paris au XVIIème siècle encore, le centre de la mode comme de la librairie ou de l'oisiveté des badauds.

Dans l'actuelle salle des Pas perdus, appelée à l'époque Salle Haute, par opposition à la Salle Basse, au-dessous (celle de la Conciergerie), une foule immense attend, le 30 avril 1315, veille de l'Ascension, la décision du Parlement sur le sort d'Enguerrand de Marigny, ministre des Finances de Philippe-le-Bel et constructeur du palais. En 1315, après la mort de ce roi et l'avènement du jeune Louis X "le Hutin" (1289-1314-1316), le comte de Valois, oncle du roi, l'a accusé publiquement de concussion. Marigny a répliqué mais il a cependant été arrêté et condamné à être pendu à Montfaucon, gibet qu'il avait lui-même édifié. Ce 3 mai, l'avocat Raoul de Presles va annoncer subitement à la foule que le parlement a confirmé la sentence et Marigny, 55 ans, va sortir du palais dans une charrette, au milieu d'une foule qui, à pied et à cheval, crie "Au gibet, au gibet !" Après avoir reçu les quolibets tout au long du chemin, l'ex-ministre est pendu sous les yeux de Dante Alghieri qui l'aurait pris comme modèle pour son poème "Le Paradis" alors qu'il prenait Valois comme modèle pour son poème "L'Enfer".

En 1426, sous Charles VII (1403-1422-1461), le premier président du Parlement de Paris Philippe de Morvilliers traînait une réputation de magistrat cruel. Le Journal de Paris, en 1441, se permettait même d'écrire qu'il était "le plus cruel tyran que homme eut vu à Paris, car pour une parole contre sa volonté, (…) il faisait percer les langues et faisait mener les bons marchands en tombereau au pilori…"  [Amédée de Bast, Les galeries du palais de justice de Paris, Michel Lévy 1851].

En 1477, Louis XI (1423-1461-1483) nomme son médecin Jacques Coictier à la place honorable de "concierge-bailli du palais". Ce concierge-bailli a un rôle de magistrat et Coictier fera notamment emprisonner un gentilhomme du Poitou, Jean de Belleronde, qui avait insulté et maltraité son avoué à sa sortie de la Grand-chambre, l'accusant d'avoir communiqué avec l'adversaire. Mais Coictier réservera au chevalier une chambre donnant sur la cour du Mai, avec une fenêtre sans barreaux et dans laquelle on lui servait de bons repas. Les portraits de Louis XI et Jacques Coictier, par Philippe de Champaigne, ont été détruits par les émeutiers de 1848 au Palais-Royal.