Retour à la liste

Massacres place Maubert, juin 1418

Rue Lagrange Paris Paris

Lors de la guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons, les bourgeois et la haute magistrature décident que le duc de Bourgogne Jean sans Peur entrera en secret dans Paris pour empêcher les massacres que prépare le comte d'Armagnac. Ce dernier a fait acheter des milliers de morceaux de grosse toile, officiellement pour faire des tentes, mais en réalité pour y mettre les femmes égorgées que l'on jettera dans la Seine du haut de la Tournelle et du Petit Châtelet. Au signal, une foule rassemblée place Maubert, c'est à dire à l'emplacement de la rue Lagrange, à proximité du square Viviani (on parlait aussi de la "place aux chats"), se rue sur les Armagnacs et leurs employés. Tout ce qui est supposé Armagnac sera égorgé à domicile. On appelle les Armagnacs les "Bandés", parce qu'ils portent une écharpe blanche ou une bande. Sortis de chez eux, ils sont tués dans la rue à coups de haches ou de n'importe quel instrument pendant qu'on les traite de chiens ou de traîtres. C'est le 12 juin 1418. Toutes les prisons vont être rapidement pleines et on devra même se servir des couvents. Le duc de Bourgogne n'est pas encore arrivé, aucune autorité ne gouverne, n'importe qui devient magistrat, des prisonniers meurent de faim dans les cachots. Rapidement, le bruit court que des renforts armagnacs arrivent pour les délivrer et les venger. C'est l'occasion, pour éviter cela, de massacrer les prisonniers, au Grand Châtelet, au Louvre, au Temple, à Saint-Eloy, Saint-Magloire, Fort-l'Evêque, Saint-Martin-des-Champs, à la Conciergerie, à Vincennes, à la Bastille… Il faudra toute la journée du 14 juin. Au Petit Châtelet, le prévôt de Paris -qui y demeure- tentera bien de protéger les prisonniers, mais ils seront tués à coups de piques devant la porte, après être sortis libres. 1.500 personnes seront tuées dans la journée, dont le chancelier, quatre présidents au parlement, 23 conseillers, 41 avocats… Les massacres recommenceront le 20 août. Au point que le duc de Bourgogne devra faire arrêter trois chefs de bande dont Capeluche, qui auront le poing coupé et seront décapités puis pendus au gibet des Halles (v. 1er arr, aux Halles).

(dessin X, DR)