Retour à la liste

Paul, Suzanne et Louise, 1928.

34 Rue de Bagnolet Paris

La police a débarqué en force, le soir du 21 juillet 1928, au 34 rue de Bagnolet. Une femme, Louise Landy (photo, d), vient de tirer deux balles dans la tête de son mari. La victime est loin d'être un inconnu. C'est Paul Grappe, 36 ans, que le Paris des boîtes de nuit, des clubs échangistes et du proxénétisme a bien connu pendant la guerre sous le nom de Suzanne Landgard. Grappe, a été deux fois blessé à la guerre mais son supérieur l'accuse de s'être volontairement mutilé. Paul Grappe est un anarchiste, antimilitariste, et "théoricien de l'union libre", dira-t-on. La justice ayant cependant rendu un non-lieu, le supérieur l'a menacé de mort à la moindre défaillance devant l'ennemi. Paul Grappe, alors, s'est enfui. Il a trouvé ce subterfuge; se déguiser en femme (photo, g) pour échapper à la guerre des tranchées et au peloton d'exécution promis aux déserteurs. Le conseil de guerre l'a d'ailleurs condamné à mort par contumace. Ce déserteur va ainsi pouvoir demeurer à la maison, avec l'aide et les vêtements de sa femme. Tout le monde croit qu'il s'agit d'un couple de femmes. Le couple est curieux car à la vue des photos, l'un comme l'autre ont un physique très masculin. Mais personne ne dit rien et Suzanne et Louise, pour donner le change, fréquentent les milieux les plus sombres du Paris nocturne, au point de s'y laisser entraîner… À la fin de la guerre, après l'amnistie des déserteurs en 1925, Suzanne, qui a eu "plus de 3.000 maîtresses", selon sa femme, a le plus grand mal à redevenir Paul. Le couple bat de l'aile. Malgré l'enfant, on se dispute, on se frappe. Paul traîne aux Batignolles et boit. Se disant prise de peur, Louise finit par le tuer, ce 21 juillet. Il est rentré ivre et menaçant à dix heures du soir. Défendue par Maurice Garçon, talentueux avocat de l'époque, elle sera acquittée par la cour d'assises le 19 janvier 1929. L'avocat général Gaudel a demandé une peine de principe. La rumeur dira que Paul grappe a été l'un des premiers parachutistes, mais sa femme le démentira à son procès.

(photo X, DR)