Retour à la liste

Violette Nozière, rue de Madagascar, 1915.

9 Rue de Madagascar Paris

Après avoir vécu rue Montgallet, Violette Nozière et ses parents habitent depuis les années 1915 au numéro 9 de la rue de Madagascar, un petit appartement de deux pièces au 6ème étage. C'est là que Violette va commettre son crime en 1933. Pour l'instant, Violette fréquente l'école Sophie-Germain, 9 rue de Jouy (v. 4ème arr). Elle est de santé fragile et fait des séjours à la campagne, dans le pays d'origine de la famille, à Neuvy-sur-Loire. Là-bas, elle flirte avec les Parisiens en vacances, dit-on. Revenant à l'école à Paris pour la rentrée de 1927, elle s'intéressera aux garçons des écoles voisines. Au point qu'en 1931, la direction de l'établissement expliquera aux parents qu'elle est dévergondée, sournoise, hypocrite et paresseuse, et qu'on ne veut plus d'elle à la rentrée de 1931. En effet, après les cours, Violette file à l'hôtel avec son amoureux. Elle a 18 ans. Lorsque ses parents se doutent de quelque chose et lui font des reproches, elle pleure. Toujours, l'affaire se tasse. En 1932, elle est censée fréquenter le lycée Fénelon, mais "sèche" les cours. Son quartier général est un bar du 31 boulevard Saint-Michel. Prise un jour sur le fait, la voici assignée à résidence par son père, à la maison. Elle menace de se suicider… En 1933, elle découvre subitement qu'elle a la syphilis. Sa mère décide avec elle de le cacher à son père. Sa mère ne résiste devant rien, même si elle ne croit pas les mensonges du médecin qui, pour épargner Violette, ira raconter à Germaine que c'est peut-être héréditaire. Le drame commence (v. suite rue Daumesnil).

(photo X)