Retour à la liste

Gestapistes au Thélème, 1941.

1 Place Pigalle Paris-9E-Arrondissement

Henri Lafont (v. 16ème arr, rue Lauriston) est un fidèle du Chapiteau, une boîte de nuit de la place Pigalle. Le Chapiteau est au 1 place Pigalle, entre l'avenue Frochot et le boulevard de Rochechouart. Le Chapiteau, qui s'appelait L'Abbaye de Thélème jusqu'en juin 1941, sera le dernier lieu de rendez-vous des militaires allemands et des Gestapistes, en 1944. Lafont en avait fait son PC. C'est de là qu'il dirigeait son racket des bars de Pigalle et donnait rendez-vous aux truands corses auxquels il sous-traitait l'activité. C'est là aussi que pendant l'été 1943, un officier allié est venu lui proposer de travailler désormais pour la résistance, mais heurté au refus de Lafont qui perdait ainsi toute chance d'échapper au peloton d'exécution.

Le cabaret de l'Abbaye de Thélème avait été créé dans l'ancien hôtel particulier du peintre Ferdinand Roybet (1840-1920) à la fin du XIXème siècle. Selon l'historien Charles Virmaître, c'était un drôle d'endroit, fréquenté par des peintres, mais froid, sombre, silencieux et triste.

Dans un autre bar de Pigalle, L'Heure Bleue, Jo Attia, revenu des Bat d'Af en 1940, a retrouvé par hasard en 1942 Pierre Loutrel, revenu en 1939. Le premier travaillait pour Henri Lafont et le second pour René Launay, "Le Grand René" (v. 16ème arr, av Foch).

(photo CPA)