Retour à la liste

"L'attentat de l'Observatoire", octobre 1959.

Rue Auguste Comte Paris Paris

Après avoir diné chez Lipp, boulevard Saint-Germain, le 15 octobre 1959, François Mitterrand, sénateur de la Nièvre, marche rue Auguste-Comte. Il est 1h du matin lorsque Abel Dahuron tire en sa direction une rafale de mitraillette. Mitterrand n'est pas touché. Il a sauté par dessus la grille du jardin et s'est couché derrière les arbustes. La vérité sur "l'attentat de l'Observatoire", sur "l'Affaire de l'Observatoire", ne sera jamais connue avec certitude mais on admettra en général cette version : Pour faire un "coup de pub" à Mitterrand, tout a été organisé par Robert Pesquet qui a d'ailleurs servi de chauffeur au pseudo-tueur. L'avocat Jean-Louis Tixier-Vignancour aurait également été dans la confidence. Mais Pesquet nie et dit avoir été chargé de tuer Mitterrand. Il l'aurait alors mis dans la confidence afin de "rater" l'attentat et ne pas subir les représailles de ses commanditaires. C'est à la brasserie des Deux Palais, en face du Palais de justice, que Pesquet aurait tout dit à Mitterrand quelques jours plus tôt. L'affaire se  terminera par un non-lieu en 1966 (v. suite 4ème arr, bd du Palais). (v. aussi à l'Assemblée nationale).

(photo X)