Retour à la liste

L'agent tué au carrefour, 1954.

149 Boulevard Saint-Germain Paris

Banni de Paris pour cause de condamnations nombreuses, pour vol, Armand Casanova, 25 ans, menacé de relégation, c'est-à-dire de détention à vie, sort de la prison de Fresnes le 16 décembre 1954. Pour retourner à Paris malgré son bannissement, il estime plus pratique de voler un fourgon et quelques minutes plus tard, frappe à la porte de l'oncle Alexandre. Armand décide de garder le fourgon pour ses déplacements. Mais le 23 décembre, il accroche une voiture au carrefour de la rue de Sèvres et de la rue du Bac. Il s'enfuit. Un agent de police alerté le prend en chasse, s'accroche au fourgon qui le traîne sur le trottoir par la pèlerine. L'agent se relève avec quelques bleus et continue sa poursuite, rejoint par un autre.  Au carrefour de la Croix Rouge, un troisième agent, affecté à la circulation, doit s'écarter in extremis pour ne pas être écrasé. Le fourgon enfile la rue du Dragon, puis le boulevard Saint-Germain à vive allure. Au carrefour de la rue de Rennes, alerté par les sifflets des collègues, l'agent Charles Piperaud, affecté à la circulation, se poste au milieu les bras en croix. Mais Armand Casanova le heurte avec une telle violence que Piperaud, 33 ans, est tué sur le coup. Alexandre est arrêté mais Armand s'enfuit. Il sera pris quelques jours plus tard. "Assassinat et tentative d'assassinat" sur des policiers. L'avocat général Camille Turlan réclame la mort et l'obtient, face à Me Brossolet, le 18 mai 1955. Le président René Coty va cependant gracier Casanova qui sera libéré en 1973.

(dessin Hermann-Paul 1864-1940, extrait, DR)