Retour à la liste

Les Carmélites de Notre-Dame-des-Champs.

27 Rue Henri Barbusse Paris

Saint Denis, venu évangéliser Paris, aurait officié au troisième siècle à cet endroit, alors très éloigné de la ville, au fond d'une carrière, et c'est là qu'il aurait été arrêté.

La création du couvent est datée de l'an 1084 et serait due aux Bénédictins de l'abbaye de Marmoutier (Indre-et-Loire).

Mais en 1603, les bâtiments du couvent des Bénédictins furent vendus et mis à la disposition des carmélites de l'Incarnation ou Carmélites de Notre-Dame-des-Victoires.

Le couvent des Carmélites avait son portail à l'emplacement du 27 rue Henri-Barbusse et occupait un vaste quadrilatère qui longeait cette rue, de la rue du Val-de-Grâce au nord jusqu'au boulevard de Port-Royal au sud. La limite est, parallèle à la rue Saint-Jacques, était cependant en retrait de la rue.

L'église se trouverait le long de la rue du Val-de-Grâce, à l'emplacement du croisement de la rue Pierre-Nicole. Elle était orientée vers l'est et se trouvait donc à l'extrémité nord de l'enclos. Le cloître était accolé à sa façade sud et, au-delà du cloître se trouvait le grand jardin. L'église avait quarante mètres de long et renfermait de nombreuses œuvres d'art, dont une Vierge sculptée au quatorzième siècle abritée actuellement au carmel de Clamart. Des peintures de Philippe de Champaigne (1602-1674), Charles Le Brun (1619-1690) ou Jacques Stella (1596-1657).

Louise de La Vallière, abandonnée par Louis XIV, se retira dans ce couvent sous le nom de sœur Louise de la Miséricorde et y mourut en 1710.

Le carmel fut fermé à la Révolution et démoli en 1797. La rue du Val-de-Grâce, percée la même année, traverserait ses bâtiments.

Les carmélites se réinstallèrent en 1802 à l'emplacement du numéro 25bis rue Henri-Barbusse, et firent édifier une chapelle Notre-Dame-des-Champs et un cloître, mais ce carmel ferma en 1908.