Retour à la liste

Les religieuses de Notre-Dame de Charité.

52 Rue Lhomond Paris

On les appelait aussi les Filles de Saint-Michel. Le couvent de ces religieuses se situait à l'emplacement des numéros 52 et 54 rue Lhomond. Il aurait pour limite, au nord, la rue Vauquelin, et à l'ouest la rue Lagarde. Cette dernière rue suit le tracé formé autrefois par la limite des jardins des religieuses de la Présentation et de Notre-Dame de Charité. Le mur des jardins formait une ligne droite.

La fondation du couvent était due au père Eudes, futur saint Jean Eudes (1601-1680), prélat normand qui enseigna à la faculté de théologie de Caen et fonda l'ordre des eudistes.

Il s'agissait une fois encore d'arracher des miséreuses à la tentation de la prostitution. Le couvent fut d'abord fondé à Caen en 1641 puis disposa de maisons en Bretagne avant de s'installer en 1724 à Paris, grâce à l'aide financière de Marie-Thérèse Le Petit de Verno de Chausseraye (1664-1733), fille d'honneur de la belle-sœur du roi et probablement maîtresse de ce dernier...

C'est elle qui acheta le domaine de la rue Lhomond, à l'époque "rue des Postes". Il y avait un bâtiment pour les religieuses, un bâtiment pour les filles pensionnaires et une chapelle dédiée à saint Michel.

La communauté essaima en Bretagne où elle créa trois couvents. C'est de celui de Guingamp que vinrent en 1720 des religieuses pour prendre la direction du couvent des Madelonettes, rue des Fontaines-du-Temple.

Le couvent fut supprimé en 1790 et ses bâtiments vendus à un particulier en 1801. Les occupantes se réfugièrent rue Saint-Jacques, au couvent des Filles de la Visitation Sainte-Marie.

(Photo illustration)