Retour à la liste

Enfantin prêche aux Saint-Simoniens, 1832.

145 Rue de Ménilmontant Paris

La cour d'assises de la Seine, le 27 août 1832, condamne Barthélemy-Prosper Enfantin (1796-1864). On le considère comme un gourou car il réunit ses adeptes dans sa maison de la rue de Ménilmontant pour leur prêcher l'union libre. Il lui en coûtera un an d'emprisonnement et cent francs d'amende. En réalité, Enfantin (photo) est un brillant sujet. Mathématicien, polytechnicien (1813), il est l'un des éléments actifs du Saint-Simonisme. Une doctrine sociale et économique due au comte de Saint-Simon, Claude Henri de Rouvroy (1760-1825), qui prêche pour une société fraternelle et égalitaire, mais détournée de Dieu, dans laquelle chacun aurait selon ses mérites et qui serait dirigée par les entrepreneurs, les industriels, les scientifiques, qui gèreraient le pays comme une entreprise. Les Saint-Simoniens prêchent un "nouveau christianisme" sans Dieu, dans lequels les hommes devraient s'aimer et faire prévaloir l'intérêt général. C'est Enfantin qui, le premier, aura eu l'idée du canal de Suez dans les années 1820, lors d'un long séjour en Egypte.

(dessin X)