Retour à la liste

Nouvelle prison, 1867.

75 Boulevard Arago Paris

La prison de la Santé, construite en 1867, remplace la prison des Madelonnettes, récemment détruite rue de Turbigo.

En prenant possession de la préfecture comme "procureur général de la Commune", Raoul Rigault  (v. 4ème arr, bd du Palais) nomme, le 22 mars 1871, un nouveau "directeur" de la prison de la Santé. Un ami mécanicien nommé Augustin Caullet, qui restera en poste jusqu'au 25 mai, gardant sous les verrous les généraux Chanzy et Langourian ainsi que Claude, le véritable directeur de la Santé. Caullet se présente tout simplement à la prison le 22 mars et met Claude à la porte pour prendre son fauteuil, puis libère des malfaiteurs. Il sera condamné à 5 ans de réclusion le 9 octobre 1871 par la cour d'assises. La cour d'assises jugera énormément d'affaires d'usurpation de fonctions, prononçant des peines d'un à dix ans de réclusion. Ainsi, on jugera le 14 novembre le personnel mis en place par la Commune à la prison de Mazas, qui a libéré des coupables et incarcéré des innocents. Le 18 mars, premier jour de la révolte, Rigault a aussi nommé Pierre-Charles Mouton à la direction de Mazas. C'est un cordonnier de 33 ans qui sera condamné à 7 ans de réclusion pour immixtion dans une fonction publique, évasion de détenus et séquestration. Le personnel "communeux" de la prison Saint-Lazare sera condamné un mois plus tard, le 13 décembre 1871 (v. suite  rue Vercingétorix).

(dessin Fichot 1817-1904)