Retour à la liste

Attentat contre le duc d'Aumale, 1841.

40 Rue du Faubourg Saint-Antoine Paris

Le 13 septembre 1841, alors que le duc d'Aumale, Henri d'Orléans (1822-1897), fils du roi Louis-Philippe, descend la rue du Faubourg Saint-Antoine pour gagner la ligne des boulevards, un jeune rouquin de 25 ans, maigrichon, s'approche et tire dans sa direction à trois ou quatre pas de distance. Le duc marche en tête de son régiment, le 17ème léger, devançant le duc d'Orléans et le duc de Nemours, ses frères. Il n'est cependant pas atteint. On se précipite. On arrête le tireur qui se déclare "fâché de l'avoir manqué". On le remet aux commissaires Jacquemain et Laumond. Il niera ensuite avoir tiré et dira que tous les témoins se trompent. C'est Jean-Nicolas Pappard, scieur de long, 58 rue Popincourt. L'assassin est malin. Il a prévu son coup. Il porte deux pantalons superposés pour pouvoir changer de costume en un clin d'œil et prendre la fuite. Une vingtaine de personnes vont être arrêtées aussi. Mais on découvrira plus tard que l'auteur est en réalité François Quénisset, 27 ans, condamné en 1835 à 5 ans de fers et à la dégradation pour injures et menaces envers la garde. Il s'est évadé en 1836 alors que sa peine a été commuée en 3 ans de travaux publics, et se cache sous le nom de Pappard. Mais il n'est pas seul. On en arrêtera d'autres. Ainsi, rue Traversière, le 16 septembre, lorsqu'au milieu du repas des ouvriers un commissaire vient arrêter le marchand de vins, c'est l'émeute… La foule, sans savoir de quoi il s'agit, prend parti pour les ouvriers et jette sur la police le contenu de charrettes de pommes de terre garées là. Quénisset sera jugé avec 16 autres prévenus, du 14 novembre au 23 décembre 1841, par la Cour des Pairs. Il explique que son complice Just-Edouard Brazier lui tenait le bras et qu'il a tiré sans savoir qui il visait. Lui, ne voulait personnellement viser que le régiment. Quénisset sera tout de même condamné à la peine de mort, avec Jean-Baptiste Colombier et Just-Edouard Brazier. Auguste Petit, Jean-Marie Jarasse et Louis Dufour seront condamnés à la déportation. Le reste des accusés est condamné de peines de 5 à 15 ans de réclusion. Le 7 janvier 1842, le roi va commuer la peine de Quénisset en déportation et celle de Colombier et Brazier en travaux forcés à perpétuité. C'est donc finalement Quénisset qui s'en sortira le mieux.

(photo Franck)