Retour à la liste

Bistor et sa petite amie, 1881.

232 Rue de Charenton Paris

Joseph Bistor, 22 ans, courtier en librairie, est accusé de l'assassinat de la veuve Stordeur, 232 rue de Charenton, commis le 10 décembre 1881. Elle a été étranglée alors qu'elle était occupée à coudre et ses biens ont été volés. Peu de biens car les malfaiteurs, qui croyaient trouver des billets de banque, n'ont trouvé que l'argenterie, des pistolets et les décorations de M. Stordeur. Ce sont les voisines, les femmes Roy et Mesne, qui ont alerté le commissaire en ne la voyant plus. D'abord, il n'y a pas de suspect, mais on se souvient bientôt que Bistor lui a rendu visite le 3 et le 8 décembre, qu'il est un camarade de son petit-fils et que depuis l'assassinat il n'habite plus rue Philippe-Auguste. Il est parti pour Creil avec la fille Anna Perrin, sa concubine. Là-bas, on découvre chez lui le marteau et des objets volés. "Oui", répond-il très simplement à la police qui lui demande s'il est l'assassin. La fille Perrin, 17 ans, l'accompagnait lors du crime. Après deux jours de procès, la cour d'assises le condamne à mort et sa compagne à 6 ans de réclusion. Bistor ne bronche pas. Mais la jeune fille, se jetant dans ses bras, crie qu'elle est le véritable assassin et qu'elle veut bien passer dix ans en Nouvelle-Calédonie. C'est inutile car Bistor sera gracié.

(dessin X)