Retour à la liste

Le père Vasseur et ses fils, 1896.

Avenue de Gravelle Saint-Maurice Île-de-France

Un marchand de vin du Faubourg Saint-Denis nommé Vasseur, très déçu et humilié de l'incapacité de son fils à faire quoi que ce soit de sa vie et à devenir honnête, a décidé de se débarrasser de lui. Le père Vasseur a déjà essayé de le jeter dans la Seine en passant sur un pont, mais le fils s'est accroché et le père a dû renoncer. Cette fois, une nouvelle bêtise du fils va donner au père l'envie de trouver un autre moyen. Avec son cousin Boucher qui voit probablement là le moyen de se débarrasser de l'héritier du riche père Vasseur, on décide d'attirer le fils dans une allée déserte du bois de Vincennes. Son père l'attendra caché et l'étranglera par surprise. Pour que le fils accompagne Boucher sans se méfier, ce dernier va lui expliquer que le patron du restaurant Poulin cherche un employé et qu'il va le présenter. Eugène Vasseur, intéressé parce que son père ne lui paie même pas de quoi se vêtir -ce qui a provoqué quelques violentes scènes de famille- ne se fait pas prier. Le rendez-vous, ce soir du 22 avril 1896, a été fixé du côté de Gravelle, près du restaurant (photo). Tout se déroule parfaitement, à ceci près que le père n'est pas au rendez-vous. Boucher, décontenancé, doit donc emmener Eugène jusqu'au restaurant: - Reste-là, je reviens ! Une minute et Boucher ressort: - Faut revenir demain, le patron n'est pas là... Le père Vasseur n'a pas renoncé, il s'est perdu dans le bois... Le lendemain soir, à la nuit, nouvelle tentative. Boucher revient avec la future victime et, cette fois, le père est à l'heure. Il surgit d'un buisson, saute sur son fils, lui prend le cou pendant que Boucher tente de mettre la main sur la bouche d'Eugène pour l'empêcher de hurler. Une violente morsure l'amène à s'éloigner une minute. Revenant voir où en sont les choses, il trouve le père Vasseur installé sur la tête du fils qu'il tient comme enfoncée dans le sol. Boucher dira avoir protesté mais ne s'être attiré que cette seule réponse : "Je sais ce que je fais". Boucher a donc laissé faire. Le père Vasseur a soigneusement retiré tout indice des poches de son fils en pensant qu'ainsi, on ne l'identifiera jamais. Erreur, il a oublié un papier portant l'adresse d'une femme qui révèle l'identité du mort. Le père, recevant donc rapidement la visite de la police, avouera aussitôt. La mère, que des scènes violentes avaient opposée à son fils à propos d'argent, fera cependant des reproches à son mari en devinant le fin mot de l'histoire: -Tu n'as plus qu'à te brûler la cervelle. Vasseur père ne trouvera pas l'idée si mauvaise car, transporté au palais de justice, il se jettera par une fenêtre et mourra sur le pavé. Boucher lui, comparaîtra le 15 octobre 1896 assisté de Me Henri Robert. L'avocat général Cadot de Villemonble obtiendra tout de même 10 ans de réclusion. Au président qui s'étonnait d'une telle assiduité pour un meurtre, il répondra que le père Vasseur avait seulement parlé de gifler son fils. "Il pouvait aussi bien le gifler à Paris", disait le magistrat. Là, Boucher n'avait pas de réponse.

(photo CPA)