Retour à la liste

Le calvaire de Louise Guhl, 1838.

280 Rue du Faubourg Saint-Antoine Paris

Le 7 mai 1838, un bal est organisé près de la Barrière du Trône, avenue de Saint-Mandé. Elisa Bonnaert, Louise et Frédérique Guhl vont en profiter. Elles dansent. A 22h30, Frédérique décide de s'en aller mais les deux autres continuent à danser. Elles sont alors prises à partie par des garçons boulangers auxquels elles refusent une danse. Vexés, les boulangers veulent se venger et attendent à la sortie. Elisa s'échappe, mais Louise, dont les cris sont couverts par les clameurs et la musique, est entraînée par Louis-Jules Reculley, chez lui, au 280 rue du Faubourg Saint-Antoine. Il y loge, au 2ème étage. Il est minuit, elle va être bâillonnée et violée par ses dix assaillants pendant que d'autres, dans la rue, réclament qu'on leur ouvre la porte pour monter aussi. La porte ne leur sera ouverte que lorsque le premier groupe, qui a enfermé la jeune fille, sera redescendu. Mais Louise saute alors par la fenêtre et se blesse gravement. Elle se traîne jusqu'à la rue de Picpus ou un marchand de vins va lui porter secours. Le 9 novembre 1838, dix accusés vont comparaître devant la cour d'assises et pour la première fois, la presse raconte une affaire de viol. Jusqu'à présent, le sujet a été ignoré ou caché par une audience à huis clos, ou encore dissimulé par l'interdit qui s'impose au journaliste. On ne traite pas de ces choses-là. Cette fois, on raconte le procès de Reculley, 21 ans, tonnelier, et de ses amis Jean-Baptiste Baron, 16 ans, ébéniste, Louis-Jules Briffard, 18 ans, tonnelier, Jean-Baptiste Belotte, 18 ans, scieur, Charles Pourcelle, 18 ans, fabricant de lacets, Alexandre Bugkan, 22 ans, mécanicien, Jean-Marie Parquet, 22 ans, ébéniste, François Longuet, 20 ans, ébéniste, etc… Leur victime a 15 ans. Au terme d'un procès à huis clos, Reculley sera condamné à 6 ans de travaux forcés et les autres à 3 à 5 ans de réclusion criminelle. Tous devront solidairement verser une rente annuelle et perpétuelle de 250 francs à leur victime.

(dessin Steinlen 1859-1923)