Retour à la liste

Le soldat désespéré, 1841.

61 Rue du Faubourg Saint-Antoine Paris

Le 11 janvier 1841, Ferdinand Labarre-Prévot, 33 ans, se jette par la fenêtre de sa chambre, au 1er étage du 61 rue du Fg Saint-Antoine. Aux passants qui le relèvent il dit : "Vous perdez votre temps, mes blessures sont mortelles". Labarre-Prévot, soldat du 57ème régiment de Ligne, présente en effet deux plaies au ventre, deux coups de couteau. On enfonce la porte de sa chambre et on découvre là, sur le lit, une femme couverte de sang, mourante, à côté de deux pistolets posés sur la cheminée et d'un couteau ensanglanté. La femme, Marie-Rose Pétrel, ancienne prostituée à Versailles, est arrivée là le 9 janvier avec le soldat. Elle mourra le lendemain à l'Hôtel-Dieu, d'une plaie à la tête due à un choc. Lui, déclare avoir tenté de se suicider et répète aux médecins qu'ils perdent leur temps. Il avait pour projet de partir en Afrique, mais elle ne voulait pas qu'ils se séparent. Alors, puisqu'elle voulait bien qu'ils se suicident, il lui a tiré une balle dans la tête. Elle avait 19 ans. Le militaire plaide donc le projet de suicide commun. Ne réussissant pas à se tuer, il a pensé s'achever en se jetant par la fenêtre. La cour d'assises n'en croira sans doute pas un mot car elle le condamnera le 22 mai 1841 aux travaux forcés à perpétuité.

(dessin Burret1866-1915)