Retour à la liste

L'Internationale, rue de la Corderie, 1865.

14 Rue de la Corderie Paris

Au 3ème étage du 14 rue de la Corderie, se réunissent, durant les dernières années du Second Empire, les socialistes révolutionnaires de l'Association internationale des travailleurs, fondée le 28 septembre 1864 à Londres. Depuis 1865, l'Internationale a fixé ici son "parlement". Elle fut considérée comme "société secrète", c'est à dire criminelle, par le gouvernement, et fit l'objet de procès qui la renforcèrent. "Les internationaux, déclarés des malfaiteurs, ennemis de l'État, comparurent pour la première fois le 26 mars 1868 devant le tribunal correctionnel de Paris… Les accusés étaient au nombre de quinze. (…) la condamnation fut relativement douce, comparée à celles qui suivirent. Chacun des accusés eut cent francs d'amende et l'Internationale dut déclarée dissoute, ce qui était le meilleur moyen de la multiplier. (…) Le 23 mai suivant, de nouveaux prévenus comparurent sous les mêmes accusations". [Louise Michel, La Commune, 1898]. Il y avait parmi eux Eugène Varlin (photo). Cette fois, ce furent 3 mois de prison et cent francs d'amende. De nombreux procès suivirent, avec toujours davantage d'accusés. "On entendit de terribles détails, écrit Louise Michel, sur les résultats des perquisitions; le danger qu'il y avait à laisser impunis les criminels qui menaçaient l'État, la famille, la propriété, la patrie et Napoléon III par-dessus le marché". Varlin fut condamné à un an de prison et cent francs d'amende, les autres, nombreux, à des peines plus faibles [Louise Michel, La Commune, 1898].