Retour à la liste

Bombe chez le procureur Bulot, 1892.

39 Rue de Clichy Paris

Le 27 mars 1892, vers 8h, une formidable explosion retentit dans l'escalier du 39 rue de Clichy, à l'angle de la rue de Berlin, au dessus d'une pharmacie. La cage d'escalier s'effondre, les appartements sont endommagés, il y a 5 blessés, dont 2 graves. C'est grave, car le substitut du procureur Léon-Jules Bulot demeure dans l'immeuble. Rapidement, on pense qu'il était visé pour avoir requis quelques temps plus tôt contre des anarchistes. On attribue le coup à Ravachol comme on lui a attribué l'attentat à la bombe perpétré récemment dans un immeuble du boulevard Saint-Germain, au domicile du juge Benoist. Le procureur Bulot a requis l'année précédente, dans un procès jugé par Benoist. Par un concours extraordinaire de circonstances, le gérant du restaurant Véry, 22 boulevard de Magenta, reconnaît, deux heures plus tard, à 10 heures, l'anarchiste Ravachol parmi ses clients. Le garçon Jules Lerot, beau-frère de Véry, alerte la police car il estime que Ravachol est "un anarchiste des plus féroces". La police arrive trop tard mais le 29 mars, Ravachol est encore attablé. Obéissant aux consignes des policiers, Lerot envoie Véry appeler la police. Le commissaire arrive avec trois hommes et invite Ravachol à les suivre. "C'est une infamie", hurle le suspect qui tente de saisir un revolver, dans sa poche. Le commissaire le désarme. Alors il crie "Je suis Ravachol, vive l'anarchie !" Plusieurs personnes accourent pour prêter main forte aux policiers et Ravachol est emmené au poste, passage du Désir. Transporté à la Sûreté, il se met encore en colère lorsque Bertillon, directeur du service anthropométrique, dit que "c'est bien lui". Chez Ravachol, 68 Grande-rue de la République, à Saint-Mandé, on trouve des armes. Plus tard, il dira avoir crié "Je suis Ravachol" pour que la foule le délivre, mais que c'est faux. Ses principaux complices cependant, Chaumartin et Béalat, sont déjà arrêtés. Le juge d'instruction Atthalin le place à la Conciergerie, avec deux gardiens devant sa porte... (v. suite 10ème arr, bd de Magenta).

(dessin Le Monde illustré)